Quartlivre

2 mai 2012

Anthropolgie

Publié par quartlivre dans

Le rêve du Celte – Gallimard – 22,90 euros – 520 pages.

Anthropolgie 176050-v-llosa-une-jpg_73529

La lecture du dernier ouvrage de Mario Vargas LLosa (prix Nobel de Littérature en 2010) Le rêve du Celte permet d’alimenter la réflexion sur l’altérité.

Vous connaissez Roger Casement (1894-1916) ? Personnellement je n’avais jamais entendu parler de ce Las Casas du XXème siècle.

Fonctionnaire britannique anticolonialiste qui dénonce dans un rapport explosif l’exploitation des indigènes par les colons belges dans les forêts caoutchoutières du Congo.

Antilibéral, il réitère quelques années plus tard en Amazonie. L’isolement de la forêt permet à l’entreprise Peruvian Amazon Company d’exploiter avec la plus stupéfiante cruauté la main d’oeuvre indigène dans les plantations d’hévéas : éloignés de toute civilisation, avides d’argent et de pouvoir les hommes de Julio C. Arana deviennent des monstres. Roger Casement recueille jusqu’à l’épuisement les témoignages des victimes des atrocités. Son rapport conduira à la chute de l’empire Arana.

Indépendantiste irlandais. De ces voyages en terres opprimées il rapportera une conviction : l’Angleterre opprime le peuple irlandais comme les colons belges les indigènes congolais, comme la Peruvian Amazon Company, les indigènes péruviens de la « selva« . Dès lors il consacrera sa vie à la lutte pour l’indépendance irlandaise.

Homme de combat, Roger Casement est un héros moderne : un colosse aux pieds d’argile. Durant la guerre 14-18, Casement fait alliance avec l’Allemagne espérant profiter de la force militaire germanique  pour vaincre l’ennemi britannique. Malheureusement, le plan échoue. Casement est arrêté et condamné pour Haute Trahison. Son procès sera l’occasion pour ses détracteurs de le déshonnorer en faisant notamment éclater au gand jour son homosexualité.

Le rêve du celte est une biographie édifiante. Vargas Llosa exhume Casement et l’on s’enorgueillit de voir notre panthéon personnel s’enrichir d’une âme aussi pure.

« A Banna Strand, la plage où il accosta, se dresse un petit obélisque où apparait le visage de Roger Casement auprès de celui du capitaine Robert Monteith. Le jour où je suis allé le voir il était couvert de la fiente blanche des mouettes glapissantes qui tournoyaient autour. » (p.520)

Laisser un commentaire

katewagner |
Le Marginal Magnifique |
Uneviedemots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Isaparis75
| La page de Taquilée
| margotlivre