Quartlivre

18 mai 2012

Résistance

Publié par quartlivre dans Anthropologie

« Le front national n’est pas un parti comme les autres. [...] Ils hurlent comme Hitler hurlait… » Lucie Aubrac

Au départ,  je me lance dans l’aventure du blog par esprit de curiosité. Peut-être, pour me donner une bonne raison d’écrire. Et l’illusion d’une publication. Personne ne me lit mais l’écrit prend forme et cela compte. Cependant, très vite, le discours autobiographique vers lequel instinctivement j’ai orienté mes articles, s’avère lénifiant. Je découvre alors le B-a-ba de l ‘édition : il me faut un ligne éditoriale, une vraie colonne vertébrale. Laquelle?

Les élections présidentielles apportent la réponse. Au 1er tour, Marine Le Pen fait 20%. Oui, le score est incroyablement élevé, mais ce qui m’interpelle davantage, c’est le relâchement des consciences que j’y perçois. Un exemple : mon fils qui est en Ce1 rentre de l’école en me disant : « Tu sais papa, la maman de J. a voté pour Marine Le Pen. Et dans la classe, plein d’autres parents ont voté pour elle. » Je suis abasourdi. Non seulement des parents votent Front National, mais ils en informent leurs enfants! Il y a quelques années, les idées du Front National étaient inexprimables et personne n’osait dire librement sur la place publique « Je vote Jean-Marie Le Pen ». Faut-il voir ici un progrès de la liberté d’expression? J’y vois un relâchement des consciences. A l’image de la rhinocérite qui s’empare de la petite ville dans la pièce Rhinocéros de Ionesco, ce qui était jugé moralement inacceptable finit par devenir compréhensible, voire normal.  Les partisans du FN peuvent ainsi dire, de façon très décomplexée : « les étrangers dehors » sans que personne ne soit plus choqué.

Face à la montée des idées du FN, j’entre en résistance : mon blog sera un outil. Un outil pour  »éclairer » les consciences.  Assertion qui peut paraître bien pédante et prétentieuse pour un blog anonyme noyé dans l’immensité de la toile. J’assume. Éclairer les consciences, voilà la ligne.  Je veux mettre en perspective les propos de Marine Le Pen, décrypter, décoder, soulever le voile.  Pour comprendre le caractère inacceptable de l’idéologie FN, il faut sans cesse relire l’histoire (nationale et internationale), comprendre les épisodes sombres où la haine de l’autre l’a remporté, rouvrir les pages de Camus, de Semprun, de Primo Levi, réécouter ce que nos prédécesseurs ont pu dire sur le thème de l’Altérité, redonner la parole à Montaigne, Rousseau, Las Casas, Montesquieu, Levinas… Et découvrir avec effroi que les mêmes causes créent les mêmes effets, peu importe l’époque, le lieu. La haine de l’autre n’a jamais procuré la paix. Illusion temporaire.

Alors je me lance dans le blog avec une énergie nouvelle. Je m’engage comme je suis, avec ce que je sais faire de mieux : transmettre du savoir en espérant (espoir ténu, presque inexistant, mais que l’action rend valeureux) qu’un naufragé du web tombera sur ces pages et découvrira combien la question de l’Autre mérite que nous réfléchissions de façon respectueuse et non stigmatisante.

Vous me direz, un tel blog n’intéressera que des professeurs de français! Comment rendre la réflexion accessible à tout un chacun sans la dévoyer ? Comment distiller les textes de Rousseau, Montesquieu, Diderot sans avoir l’air d’un arriéré rétrograde, d’un rat de bibliothèque perdu dans la Vraie Vie ? Comment parler aux partisans de Marine Le Pen? Voilà de réels enjeux que je ne saurai peut-être pas atteindre mais dont j’ai une conscience fine et qui rendent ma tâche tant ardue qu’exaltante.

Laisser un commentaire

katewagner |
Le Marginal Magnifique |
Uneviedemots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Isaparis75
| La page de Taquilée
| margotlivre